L'arrivée du cauchemarUn autre regard sur la bipolarité : L'histoire d'un bipolaire jusqu'au bouddhisme

14-L’arrivée du cauchemar

L’arrivée du cauchemar
Au début j’ai cru que j’allais y arriver. Il faut dire qu’avant l’incident j’allais bien. J’ai cru que je pourrais vivre sans le Collège. Alors je me suis mis à chercher du travail tout en passant mes journées à peindre et à écrire. J’ai ainsi trouvé quelques heures pour un nouvel emploi. Des études de marché comme en Angleterre, mais cette fois-ci Face to face. J’étais dans un grand centre commercial et j’invitais certains passants, toujours des femmes, reine des consommateurs, à essayer quelque produit et de répondre à une étude sur ce même produit. Un paquet de lessive ou je ne sais quoi d’autre. On parlait packaging, habitude de consommation etc. Il n’était pas question de vendre, parfois d’ailleurs nous avions des prototypes. C’était amusant. Ça me plaisait, mais constituait que peu d’heures. Je continuais aussi le show radiophonique.
Mais petit à petit, en parallèle, sournoisement devrais-je dire, le chagrin faisait son travail. Je continuais pourtant à aller bien, je pensais surmonter.

Faites une offrande au bouddha que je me dis être, et aidez le à survivre:

 

59-106-large

Acheter un de mes livres

 

cliquez ici pour voir MES LIVRES SUR AMAZON

 

MES LIVRES PAPIER SUR LULU!!!

Benjamin-5295

et en EBOOKS
sur Amazon
♫ :

8 comments
zebulon
zebulon

Je suis profondément touchée par cette souffrance que vous vivez tous dans ces moments de mélancolie, où trouvez vous votre force, votre courage ? comment pouvons nous être là pour vous dans ces moments, quelle attitude est la plus adaptée, la plus apaisante pour vous ?

CHATONNET NICOLE
CHATONNET NICOLE

J'ai envie de vous dire combien je partage ces moments de mélancolie. Mon corps et mon coeur sont douleurs... il est parfois dur de survivre à ces épisodes. La bipolarité m'a fait tout perdre... y compris une partie de mes amis. Mes dernières années de travail que je trouvais passionnant ont été un enfer. Je me débattais pour accomplir mes tâches. Puis cette maladie m'a surprise... j'ai dû arrêter de travailler. Mon loisir a été la peinture... je découvrais ce que je pouvais faire et à moi aussi cela m'est apparu surnaturel. J'ai passé de longs mois hospitalisés y compris à subir des électrochocs pour effacer ces périodes de mélancolie. Aujourd'hui, je vis avec les hauts et les bats. J'ai appris et mon entourage aussi. Difficile de faire partager les sensations qui nous envahissent. J'ai aimé vos écrits et je continuerai de les lire.

cecile
cecile

Juste envie de dire "je suis là" ...

nemopode
nemopode

Il n'y a pas le choix dans ces moments là, c'est résister ou se donner la mort.

nemopode
nemopode

Bizaremment l'attitude la plus adaptée est la votre car il ne supporterait pas un abandon de vous, mais vous verrez par la suite, dans mon histoire, que j'ai fini moi par quitter ma mère car oui je la crois en partie responsable de mon mal, vous aurez plus de détails dans le fin du blog notamment l'article Avant... Courage et bien à vous

Zabou de chou
Zabou de chou

Bonjour Nicole, moi aussi j'ai appris à vivre avec....Pour s'en sortir il faut un compagnon qui ne te lâche pas et qui ne se sert pas de ta vulnérabilité. Mon mari que j'ai épousé trop rapidement se sert de ma maladie pour m'anéantir....JE SUIS TERIFIEE. Pourtant, je suis une fille pacifique à la base, mais je dois me défendre face à la violence qui m'est imposée . Apprendre à vivre avec .

nemopode
nemopode

C'est une longue et difficile aventure c'est certain, il nous faut du courage, beaucoup de courage. Je nous en souhaite. Merci de votre lecture.

nemopode
nemopode

Merci pour ta fidélité.


Un Autre Regard Sur La BIPOLARITE

  • Vingt ans de vie après avoir été diagnostiqué à 20 ans
  • ♫ Un Parcours Incroyable, de Paris à Londres en passant par Montréal
  • Le chemin de l'Eveil
  • mais aussi Une Oeuvre Littéraire saluée par tous (voir commentaires sur amazon)